pistache verte crue avec la meilleure qualité

La pistache, qu’est-ce que c’est ?

La pistache est un fruit sec, provenant de l’arbuste pistachier vrai de la famille des Anacardiacées.

C’est une graine de couleur vert clair protégée par un coque dure qui s’ouvre toute seule quand le fruit est mûr.

La pistache est une drupe, c’est-à-dire que l’amande (la partie de la pistache que l’on mange aussi appelée cotylédon), est enfermée dans une coquille qui elle-même est enfermé dans une coque en pulpe, comme l’abricot par exemple.

La graine comestible est recouverte d’une mince pellicule rougeâtre violette, qui se mange aussi.

Cette reine de l’apéro est considérée comme un des meilleurs fruits à écale et oléagineux ! On consomme les pistaches crues (comme celles en vente ici), grillées, salées, émondées, pilées, moulues, etc.

Comme déjà dit, la coque de la pistache s’ouvre naturellement une fois le fruit devenu mûr, ainsi les producteurs savent quand il faut sonner la récolte.

On estime que plus des 2/3 des pistaches s’ouvrent naturellement, le reste étant ouvert mécaniquement.

Il existe 11 espèces de Pistacia comestibles, la plus cultivée étant la Pistacia vera en vente ici.

Comment bien choisir des pistaches ? La chair du fruit doit avoir une belle couleur verte et la noix doit avoir une belle taille, c’est ce qui fait des pistaches d’Alep les meilleures : grosses et avec une belle couleur ! Sinon, il n’y a pas 36 solutions, il faut les goûter !

Comment conserver les pistaches ? Comme tous les oléagineux, ils rancissent assez vite.

Conservez-les dans un récipient hermétique, au frais et à l’abri de la lumière.

Certes, elles se conserveront mieux au réfrigérateur ou au congélateur, mais le froid va altérer leur goût.

Si elles ont perdu leur croquant, mais reste bonne en bouche, mettez-les au four à 100°C pendant 10 à 15 min.

Pour la petite histoire :

Grâce à des découvertes archéologiques à Uluburun en Turquie, on date la consommation de pistaches à la préhistoire, environ 7000 ans av J.-C. On la consommait alors de manière sauvage.

De nombreuses légendes tournent autour de la pistache, par exemple, on dit que la reine de Saba se réservait l’exclusivité de toutes les pistaches de son royaume.

Les premières cultures de pistachiers dateraient de plus de 4000 ans, certainement en Assyrie, une ancienne région du nord de la Mésopotamie, ce qui en fait un des plus anciens arbres à noix.

On s’en sert tout d’abord comme colorant, puis comme condiment et médicament.

Ce sont les Romains, friands consommateurs de pistaches, qui ont introduit le pistachier partout en Europe au début du 1er siècle.

Ils consommaient les pistaches pour le plaisir bien sûr, mais aussi comme colorant et pour soigner certaines maladies du foie et certains maux de dents.

Au 13e siècle, apparaît le terme pistache, « pistace » pour être précis, du latin pistacium, tiré du grec pistakios, lui-même provenant de la déformation du perse pistah, qui signifie « noix ».

D’ailleurs, on a longtemps appelé la petite graine « amande Perse ».

On l’appelait aussi graines des aventuriers, car avec sa petite taille et sa grande valeur nutritionnelle, elle était idéale pour les voyageurs et explorateurs.

En France, elle n’est introduite qu’au 17e siècle et il faudra attendre le 20e siècle pour voir les premières cultures de pistaches en Amérique, particulièrement en Californie.

Aujourd’hui, la majorité des cultures est industrialisée, les récoltes s’effectuent par des secoueurs d’arbres mécaniques qui font tomber les fruits secs par vibrations dans une bâche.

On en fait une très savoureuse huile, peu employée, car son prix est exorbitant.

Pour l’anecdote, les premières pistaches vendues aux États-Unis étaient teintes en rouge.

Certains expliquent cette pratique en disant qu’à l’origine, au Moyen-Orient, on en faisait de même en les teintant avec du safran, ce qui serait vrai, mais en réalité, c’est un usage qui provient d’un vendeur itinérant de pistaches de Brooklyn, qui a eu l’idée de les teindre pour se distinguer de la concurrence.

Peu à peu, la pratique se répand jusqu’à ce que les 2/3 des pistaches américaines soient rouges ! Aujourd’hui, on estime qu’encore 15 % des pistaches sont teintes en rouge.

Anecdote numéro 2, la pistache d’Aegine de Grèce a obtenu une AOP (Appellation d’Origine Protégée) de la Commission Européenne.

Le pistachier de l’Atlas est un voisin peut désirable.

En effet, dans la nature, il pousse généralement dans les touffes du jujubier. Il se sert de cette plante épineuse pour se protéger des nuisibles, du vent et d’autres plantes indésirables.

Une fois le pistachier devenu assez grand, le jujubier meurt du manque de ressources accaparé par le pistachier.

En termes d’écologie et d’environnement, il permet de ralentir l’érosion de région aride et lutter contre la désertification, car il possède des racines très profondes et résiste bien à la sécheresse, aux sols calcaires et à la salinité.

À ce titre, on l’appelle arbre de fer dans le Sahara, car il est à la fois source de nourriture, remède naturel, fourrage pour animaux, bois de chauffage et bois de construction.

Notre société peut exporter toutes sortes de produits dans différentes parties du monde en utilisant un personnel expérimenté et des machines modernes.

Vous pouvez contacter avec nous.

Notre société peut traiter toutes les questions d’exportation, nous sommes heureux de vous contacter.

À quel point ce message vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 5 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l’instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Your comment submitted.

Leave a Reply.

Your phone number will not be published.

Achat de produit