ananas variété extra sweet

Les varietes

Issu de la famille des broméliacées, l’ananas possède une forme qui ne laisse pas indifférent.

Tout simplement parce qu’il ne suit pas le classique schéma de la fleur qui s’épanouit en fruit.

L’ananas est en réalité une inflorescence en épi dense, qui devient plus charnue après fécondation.

L’ananas n’est donc à proprement parler pas un fruit, mais des fruits, soudés entre eux par un axe central, le cœur.

S’il existait autrefois plus d’une centaine d’ananas différents, cette diversité s’est resserrée commercialement au profit de 5 grandes variétés : le Cayenne, le Queen, le Caraïbe, l’Abacaxi et le Victoria.

Le Cayenne (ou Cayenne lisse)

Robe : des feuilles lisses, sans piquants, surmontent ce beau fruit de 2 à 4 kg ; une fois le fruit mûr, la peau prend une teinte orangée.

Production : l’ananas le plus cultivé du monde est un natif du Venezuela, introduit et multiplié à Cayenne dès 1820.

En bouche : sa chair jaune pâle est très juteuse, dégageant des goûts à la fois sucrés et acides en bouche.

Le Queen (appelé Victoria à la Réunion)

Robe : l’ananas Queen se reconnaît grâce à ses hexagones proéminents de couleur dorée et à sa petite taille.

Production : un peu moins répandue mais très appréciée, cette variété s’épanouit sous le soleil de l’île Maurice, de la Réunion, d’Afrique du Sud, du Kenya et de l’Australie ; elle atteint sa maturité vers décembre/janvier.

En bouche : jaune prononcé tendant vers l’orangé, le goût inimitable de sa chair colorée est parfaitement équilibré, sucré et peu acide.

L’Abacaxi (ou Abaka)

Robe : de forme conique, il se reconnaît grâce à ses petits hexagones en relief et sa peau jaune et verte ; sa peau fragile dissimule une chair blanche.

Production : cette variété a été développée au Brésil et en Afrique occidentale.

Le Perolera

Robe : fruit cylindrique à peau jaune rougeâtre prononcé.

Production : Colombie, Equateur et Pérou, principalement.

En bouche : chair opaque jaune à jaune pâle, moins acide et moins sucrée que celle du Cayenne lisse.

Tous ces fruits se dégustent aussi bien à la croque, qu’en jus ou en salade, en tarte ou en confiture.

Variété Victoria, Île de La Réunion.

Ananas (tranché)

Les cultivars d’ananas proviennent de six groupes reconnus pour le caractère de leur feuillage, plus ou moins épineux, la localisation de leur culture, ainsi que leurs caractéristiques morphologiques telles que le port du plant, sa propension à former des bulbilles et des cayeux, la hauteur du pédoncule par rapport à celle du fruit, la couleur des pétales, les caractères du fruit et la résistance aux maladies et parasites.

Ces six groupes sont :

Cayenne lisse (en anglais : Sweet Cayenne ou Smooth Cayenne) Ferme, acide, à chair jaunâtre assez fibreuse, aux yeux plats.

Il est assez gros, et est coloré d’orangé vers le plumet lorsqu’il atteint sa pleine maturité.

La variété la plus cultivée, de façon presque « monopolistique » ;

L’ananas bouteille « pain de sucre », de Guadeloupe ; il y aurait été introduit anciennement par les Indiens caraïbes, et il est le premier à avoir été décrit par Christophe Colomb, en 1493, lors de son deuxième voyage.

Cet ananas est spécifique à cette île, où il a acquis son originalité par mutations successives ou par hybridations et sélections locales.

On peut cependant le rapprocher d’un certain nombre de variétés épineuses : Black Antigua et Sugar Loaf, des Antilles et du Branco au Brésil ;

Spanish : peau pourpre, chair jaune pâle, fibreuse, et acidulée ;

Mordilonus-Perolera-Malpure : gros et allongé, à chair sèche et cassante.

Il peut avoir un poids de quatre kilogrammes. Il provient d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale ;

Pernambuco : à chair jaune ou blanchâtre très sucrée, douce et peu acide ; d’Amérique du Sud et Centrale, et de Malaisie ;

Queen : moins connu, plus petit, avec des yeux proéminents, et à chair jaune pâle ; à saveur douce et texture croustillante.

À La Réunion, on trouve le Queen Victoria, un ananas tout petit à feuilles dentelées très piquantes.

Il est très acidulé et a un goût de bonbon ;

Victoria : cultivé à l’île de La Réunion et à l’île Maurice, il n’est pas très cher sur les marchés.

Savoureux et parfumé pendant sa période de fructification en été dans l’hémisphère sud, sa chair est juteuse.

Lorsqu’on le trouve en période hivernale et donc en contre saison, il est beaucoup plus fade et acide.

L’ananas doit être cueilli avant maturation pour supporter une expédition de quinze jours de bateau, c’est-à-dire lorsqu’il est encore assez dur, et, pour un voyage aérien, il peut être cueilli mûr.

Fragile malgré sa rudesse apparente, l’ananas ne doit pas subir de choc, car la moindre lésion entraîne une zone de pourriture : les emballages sont alvéolés et très protecteurs.

Pendant la croissance, les couronnes ont été réduites à une taille convenable par suppression de leur cœur ; ceci explique pourquoi une couronne d’ananas exporté ne repousse pas par bouturage, alors qu’à l’état naturel, la couronne permet la reproduction du plant.

Les ananas sont plantés en champs, sur de petites buttes, car les racines pourraient être affectées par l’excès d’humidité, et la terre est riche, fertile et bien aérée.

C’est une plante adaptée aux climats arides : des cellules absorbantes sont situées à la base des feuilles au creux de la goulotte qu’elles constituent.

Ces cellules récupèrent la moindre trace d’humidité et on peut également y placer de l’engrais solide (ceci se fait à la petite cuillère en Afrique).

La densité de plantation atteint 60 000 pieds à l’hectare.

C’est une plante dont on a pu, à partir des années 1970, maîtriser complètement la pousse en plein air en toute saison, par l’utilisation de produits chimiques.

On déclenche la floraison des plants par aspersion d’éthylène sous forme de gaz dissous dans l’eau, ou dégagé par du carbure de calcium en morceaux, ou encore avec des produits dégageant de l’éthylène de type Ethrel12.

Ce produit permet également la coloration des fruits au moment opportun, et de façon homogène, plus commerciale.

Fruit non climactérique, cueilli immature il ne mûrit pas hors de sa plante.

L’« ananas-bateau » est cueilli juste mûr : lorsque la couronne de feuilles a une taille jugée convenable, on arrête sa croissance par suppression du cœur puis on le transporte dans des cales de bateaux entre 10 et 13 °C.

L’« ananas-avion » est cueilli à maturité : la couronne foliaire est maintenue intacte.

Il est expédié en avion à une température de garde comprise entre 7 et 10 °C13.

La production mondiale d’ananas en 2014 est de 25,4 millions de tonnes14.

Plantation industrielle d’ananas, qui a failli être détruite en 1970 à la demande des représentants des promoteurs immobiliers de Maui pour permettre la périurbanisation.

Plantation industrielle d’ananas, qui a failli être détruite en 1970 à la demande des représentants des promoteurs immobiliers de Maui pour permettre la périurbanisation.

Notre société peut exporter toutes sortes de produits dans différentes parties du monde en utilisant un personnel expérimenté et des machines modernes.

Vous pouvez contacter avec nous.

Notre société peut traiter toutes les questions d’exportation, nous sommes heureux de vous contacter.

À quel point ce message vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 5 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l’instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Your comment submitted.

Leave a Reply.

Your phone number will not be published.

Achat de produit